Rechercher

Mis à jour : nov. 17

Tous les lundis, on démarre notre semaine en équipe en nous réunissant pour échanger sur les actus du moment. TOOVALU SAS vous partage son #CoffeePressToovalu avec sa sélection d'articles et de lecture pour comprendre le climat et les transformations du monde...


📌#CoffeePressToovalu - 🗓Lundi 16 novembre


Réinventer les mots pour guérir nos maux !



Dans le monde d’après, les néologismes fleurissent, c’est normal, voire nécessaire puisque l’on veut créer de nouvelles façons d’être au monde. Cette analyse du wording utilisé pour décrire ce que l’on souhaite inventer ou transformer est nécessaire. Sinon, on risque de réchauffer de vieux systèmes qui ont déjà trop contribués à réchauffer notre atmosphère.


Des nouveaux concepts à inventer ?

L’émotion de la terre…

Quelques mots sur Les émotions de la Terre , paru en 2020 aux éditions Les Liens qui Libèrent et sous-titré Des nouveaux mots pour un nouveaux monde. Son auteur, le philosophe de l'environnement australien Glenn Albrecht, est le spécialiste mondial de l'étude des émotions ressenties envers la Terre. Selon lui, tout en se séparant progressivement de la nature, les humains subissent également des pertes associées au langage et à la culture liés à la nature. Cette perte accompagne celles des émotions liées à la Terre avant même qu'elles aient pu être nommées. Glenn Albrecht propose donc de mettre des mots sur ces émotions appelées "psychoterratiques".

Pour lui, les concepts de "durabilité", "développement durable" ou "résilience", anciennement prometteurs, ont été rendu au mieux, inefficaces et au pire, nuisibles. Cet ouvrage est l'aboutissement d'une vie de recherche et vise à mettre en lumière de nouveaux concepts qui décrivent les liens entre notre psyché et la Terre. Deux forces opposées sont baptisées : "terraphtoriques" (destructrices de la Terre) et "terranaissantes" (créatrices ou restauratrices de la Terre), qui engendrent un panel de concepts et d'émotions respectivement négatives et positives, dans lesquels on s'identifie, ainsi que les différentes parties prenantes de notre écosystème. Dans cette ode à la symbiose planétaire, Glenn Albrecht appelle quitter l'Anthropocène pour entrer dans le Symbiocène, nouvelle ère de symbiose entre homme et nature. Nous invitons chacun à découvrir ce beau travail de création lexicale, qui nourrit de plus bel notre motivation pour passer à l'action, collectivement, en symbiose.

http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Les_émotions_de_la_Terre-9791020908070-1-1-0-1.html


Ou réchauffer les anciens ?

Nous avions déjà eu une floppée de verdissement avec le capitalisme vert, et maintenant nous avons du capitalisme responsable…

Peut-on changer les choses en réchauffant les concepts sources de nos maux, le gouvernement ne s’empêtre-t-il pas dans des Oxymores ?

Certes, je me réjouis d’entendre Bruno Lemaire admettre la nécessité de plus d’équité, de justice, de protection de l’environnement. Néanmoins, rien de nouveau dans le fond et dans la pratique.

Extrait :

« nouveau capitalisme », un capitalisme « rénové ». Cette idée est développée depuis le début de l’année. Dès le mois de janvier, le ministre de l’économie et des finances avait évoqué la nécessité pour le capitalisme de se « réinventer ». « Nous ne pouvons pas payer toujours plus de croissance par toujours plus d’inégalités. Nous sommes au bout de ce raisonnement », avait-il alors proclamé. Et depuis cet été, le locataire de Bercy ne manque pas de rejouer ce slogan sur tous les tons dès qu’il fait une sortie publique. Le 17 juillet sur France Inter, il le reprenait même mot pour mot : « Un capitalisme qui conduit à l’accroissement des inégalités et à l’épuisement des ressources de la planète ne mène nulle part »

https://www.mediapart.fr/journal/france/130919/les-tartufferies-du-nouveau-capitalisme-de-bruno-le-maire?onglet=full


Ne serait-il pas temps d’opter pour un autre modèle ?

Les terminologies inspirantes ne manquent pas, et Starhawk nous fait un petit récap inspirant dans « Quel monde voulons-nous ? »

Economie restauratrice, régénératrice, économie circulaire, l’économie permacole…

Des systèmes qui pourront protéger les Biens Communs de l’humanité, valoriser l’économie du Don et pourquoi pas générer une abondance non matérialiste ?


ET...

un futur vaccin de la COVID 19 ... mauvaise nouvelle pour certaines espèces de requins https://www.courrierinternational.com/article/victimes-collaterales-un-vaccin-contre-le-covid-19-pourrait-mettre-encore-plus-en-danger


Le transport fluvial prometteur

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/images-premiere-strasbourg-six-tonnes-paves-livrees-velo-cargo-1893908.html



📌#CoffeePressToovalu - 🗓Lundi 9 novembre

Joe Biden est le 46ème Président des USA. Quels changements pour le climat ? "Ce n’est pas tout à fait le Green New Deal idéal, mais le plan climat de Joe Biden, président élu depuis samedi soir, est tout de même très ambitieux. Historique même, pour la première puissance mondiale, responsable de 15 % des émissions polluantes." https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/joe-biden/climat-joe-biden-investira-2-000-milliards-pour-verdir-les-etats-unis-7044194


📌#CoffeePressToovalu - 🗓Lundi 2 novembre

Interview d'Etienne Klein qui nous explique pourquoi aujourd'hui encore nous jouons les Cassandre et nombreux sont ceux qui résistent à la triste vérité du réchauffement climatique : "Mais la vraie fausse controverse sur le changement climatique est venue réviser mon jugement en illustrant la nouvelle fragilité des "vérités de science" dans les sociétés démocratiques. Le discours argumenté des spécialistes a été victime de ce qu'Alexandre Koyré a appelé des "conspirations en plein jour", c'est à dire des mensonges publiquement assénés, notamment avec l'appui de médias peu avertis en matière de rigueur scientifique. Le succès relatif et provisoire de cette entreprise tient à ce qu'elle a tiré parti de nos faiblesses : nous sommes psychologiquement disposés à user de toutes sortes de stratagèmes pour ne pas accorder de crédit à ce qui est su si les implications intellectuelles ou pratiques de nos savoirs nous chagrinent ou nous dérangent... Dans Humain , trop humain (1878), Nietzsche entrevoyait que le "goût du vrai allait disparaitre au fur et à mesure qu'il garantirait moins de plaisir". Nous y sommes, semble t-il. Certes, nous continuons d'affirmer que nous aimons et désirons la vérité, mais en réalité, à rebours de nos déclarations ferventes, il arrive que nous nous montrions fort enclins à spontanément déclarer fausses les idées vraies que nous n'aimons pas." Et l'interview de Bruno Latour, également très inspirante pour comprendre pourquoi il est si difficile d'accepter ce nouveau paradigme : Bruno Latour explique comment notre monde s’est construit sur le progrès, l’espoir d’un futur qui résoudra tous nos maux. En ce sens, la crise climatique nous demande de renoncer à cette vision du futur qui a structuré notre vision du monde, il nous aide à comprendre pourquoi il est si difficile d’accepter la réalité de la contrainte climatique « ces négationnistes… considèrent qu’il n’y a pas d’issue si nous abandonnons le projet de la modernité, le progrès, le développement… Renoncer au projet de la modernité conduit à la fin de la civilisation… L’idée de Gaïa est un changement aussi radical que celui introduit par Galilée en son temps ». Rdv très prochainement pour débattre encore sur ce déni climatique et ses causes. Lien vers le n° spécial réchauffement climatique de Philosophie magazine


📌Le Countdown Global Launch, quand le collectif prend des allures mondiales...


Initiative mondiale où artistes, politiques, religieux du monde entier se sont donnés rendez-vous le 10 octobre dernier. Le Countdown Global Launch , un appel à l'action sur le changement climatique pour alerter l'opinion et accélérer les solutions face à la crise climatique en transformant les idées en actions. 


« Nous ne pouvons gagner la course à zéro qu'ensemble » António Guterres, Secretaire des Nations Unies



📌Découvrez notre sélection de témoignages :

· The State of Climate Crisis by Johan Rockström (7 min) - Watch here

· Climate Action Tracker (4.5 min) - Watch here Earthrise by Amanda Gorman (4.5 min) - Watch here

· Reimagining Capitalism by Rebecca Henderson (7 mins) - Watch here

· Ikea’s CEO Jesper Brodin (5 min) - Watch here

· Fight for you by Raye Zaragoza (4 min) - Watch here

· Pope Francois - Watch here



Quelle rentrée, une fois digérés le déconfinement, les difficultés d’organisation, de reprise de l’activité… les enjeux climatiques deviennent enfin incontournables (même Trump renonce à certains gaz de schiste pour sa campagne). De plus en plus d’entreprises de toutes tailles et de tous secteurs s’engagent pour le climat et mettent en œuvre des actions concrètes pour réduire leur empreinte.


Toovalu s’est donné pour mission de « rendre la stratégie climat accessible à tous ! »

Comment ? En réinventant la démarche d’évaluation carbone :

  • En s’appuyant sur la force du collectif

  • En comptabilisant vous-même vos émissions de gaz à effet de serre (GES) pour les intégrer dans vos organisations sur la durée

  • En pilotant vos émissions pour se concentrer sur l’action et le pilotage stratégique bas-carbone

  • En osant simplifier la démarche au début pour apprendre et s’améliorer ensuite…

Tout savoir sur la démarche - renseignez-vous !


Nous vous livrons notre recette pour convaincre vos dirigeants de s’engager dans une démarche pour le climat. Découvrez ici le replay de notre atelier à Produrable. "Comment embarquer les dirigeants dans une stratégie bas-carbone ?" avec les témoignages des DRO & des JO Paris 2024

Les entreprises tentent de se verdir à tout prix et tant mieux. L’enjeu n’est pas de « s’acheter des crédits carbone pour compenser ses émissions », mais bien de d’abord réduire puis de contribuer à la neutralité carbone.

Outre les témoignages entendus dans notre atelier avec l’engagement collectif des DRO à diminuer de 50% de GES entre 2020 et 2030, (replay vidéo DRO - les chantiers lancés par l'association sont-ils utiles pour le territoire ?) et la démarche très inspirante des JO Paris 2024 , saluons des initiatives passionnantes et engagées comme :

  • Toutes les B Corp engagées pour le Net Zero 2030, qui partagent leurs expériences dans nos groupes de travail Climat. Toovalu prépare une démarche collective pour les petites B Corp, nous vous en dirons plus très bientôt.

  • Et bien d’autres entreprises qui calculent leur Bilan Carbone® avec Toovalu depuis de nombreuses années et qui aujourd’hui s’engagent dans ACT pour mettre en œuvre sur la durée une stratégie climat à la hauteur des enjeux.

2020 Turning point, ce sera donc vrai. Cette année sera un tournant pour de nombreuses raisons !

C’est l’année où nos émissions de GES commencent à baisser. Si vous souhaitez mieux comprendre les enjeux climatiques du niveau mondial jusqu’au niveau local, vous pouvez visionner notre webinaire ici. Une heure pour comprendre simplement les enjeux !


Enfin, le contexte politique prend également la mesure du défi à relever. L’Europe par la voix d’Ursula von der Leyen remet le sujet en haut de la pile et affirme qu’il va falloir faire encore mieux que l’ambition déjà annoncée. (lire notre article sur Climate Target Plan).


Alors agissons, chacun à notre mesure, personnellement, professionnellement et collectivement, car c’est ensemble que nous réussirons à transformer durablement et positivement notre société !

Le 7 et 8 Septembre dernier se tenait Produrable au palais des congrès de Paris. Ce salon fait se rencontrer chaque année les acteurs du développement durable, de la RSE et de l’impact positif. Cette année, c’est 8600 visiteurs sur les 2 jours ! L’occasion d’apprendre ensemble sur l’évolution de ces concepts et leur mise en pratique.

Toovalu était présent à ce salon et y animait l’atelier « Comment embarquer les dirigeants dans une stratégie bas-carbone ? ».

- Le Replay disponible de notre atelier -


Marie Gaborit et son équipe étaient également présents sur notre stand pour échanger avec nos partenaires, nos clients, et découvrir de nouveaux acteurs. Les sujets abordés durant cette édition reflétaient une accélération de la réflexion autour des notions de climat, de stratégie bas-carbone, de biodiversité, des entreprises à mission, des impacts, de la raison d’être, et même de la RSE. Les concepts évoluent aussi vite que le marché ne se déploie. Les initiatives se développent rapidement, les grandes entreprises commencent à s’engager dans ce mouvement, et à intégrer au sein de leur stratégie les problématiques de développement durable, plutôt que de mener des activités RSE en parallèle.

En somme, cette édition a mis en avant le rôle crucial des entreprises à mission, mais également l’importance des méthodologies scientifique fiables pour un modèle de stratégie bas-carbone pertinent, durable et accessible.

Quelques témoignages reçus après notre salon, Un grand merci à tous !

Marion Andro (B Side) : "Merci Marie Gaborit et ta super équipe pour votre confiance et cette opportunité de partager notre démarche Dirigeants Responsables de l'Ouest ! Des échanges très stimulants sur PRODURABLE"

DIGITAL GREEN (…) "l’embarquement des dirigeants d’entreprise dans des objectifs bas-carbone. On retient : Penser global (présence numérique inclus), penser coût global/employé et surtout se fixer des objectifs de réduction carbone concrets. Merci entre autre à Marie Gaborit et Lionel Fournier"

IRENE DOAN (coach)"Bravo à TOOVALU SAS ! Cela fait plaisir de voir tant d'énergie et d'intérêt, les enjeux sont de taille et chaque engagement compte..."

1/6
 

NOS COORDONNÉES

S'inscrire à la newsletter

TOOVALU

c/o Groupe KERAN
4 rue René Viviani
44200 Nantes
contact@toovalu.com

02.51.17.81.80

  • Noir Icône YouTube
  • Noir LinkedIn Icône
  • Twitter