Rechercher

Le retour de la parenthèse tortue,

Mis à jour : mai 11


Ce sera définitivement l’année des expériences et des grandes transformations ! Vous avez lu (ou pas) mon texte sur la parenthèse tortue pour les vœux, (Vous pouvez le retrouver ici). Après m’être foulée le genou et être contrainte à l’immobilisation pendant presque 2 mois, je m’en remets tout juste et paf, nous voilà confinés ! Ce début d’année sera donc pour moi celui de l’immobilisme forcé et de la réflexion induite par ces événements.

J’appelais à ralentir, à réfléchir collectivement, à créer avec patience mais volonté une nouvelle économie… Qu’est-il en train de se passer ? Que va-t-il sortir de cette situation inédite ? La terre avec des moyens détournés ne nous envoie-t-elle pas une secousse, un avertissement à entendre ?

Non, ce ne sera pas drôle, mais saisissons cette opportunité, faisons-en une occasion de reconnexion intérieure. Retrouvons ceux qui comptent pour vous si nous le pouvons, c’est avant tout un moment à passer entre proches. Nous pensons fort à ceux qui vont se retrouver dans des lieux exigus, non adaptés à ce confinement, ou isolés… Non ce ne sera pas facile, et pour certains très dur. Nous pensons à eux, à vous.

J’ai la chance d’avoir pu me réfugier à la campagne, en pleine nature. La nature est et sera toujours mon refuge, lieu de ressourcement, de méditations. Pour ces prochaines semaines, offrons-nous de la douceur, du calme, de la bienveillance…

Notre système économique va être mis à mal, profondément secoué par ce phénomène. Nous devons prendre le temps du constat, peut-être descendre notre courbe de deuil et passer par toutes sortes d’émotions. Oui, prenons le temps, puisque nous allons en avoir !

Et ensuite ? Pourrons-nous retourner vers notre activité comme s’il ne s’était rien passé ? Où saurons-nous saisir ce moment pour être plus à l’écoute de nous-même, de la nature… Peut-être est-ce l’opportunité de construire une économie plus résiliente.

Le futur sera ce que nous en ferons ; rien n’est écrit, c’est à nous de l’inventer, de le partager et de proposer collectivement une nouvelle direction. Quelle sera-t-elle ? Plus humaine, plus résiliente, plus centrée vers l’essentiel…

Nous sommes en quête, et collectivement, nous cherchons quelque chose. Observons, écoutons notre cœur. Cette période de confinement peut devenir une période d’écologie intérieure. Une porte ouverte, une occasion de construire l’humanité de demain…

Chez Toovalu, nous avons construit collectivement une vision économique, une vision d’entreprise qui relie la nature et les activités humaines. Nous sommes résilients car nous sommes alignés. Chacun individuellement et tous ensemble, nous avons partagé et construit cette vision de futurs souhaitables.

Voilà ce que j’ai envie de partager avec vous. Et c’est important d’être tous en confiance, en conscience… Car nous allons continuer à échanger tous ensemble : collègues, clients, partenaires, institutions. Gardons ces liens qui vont nous réconforter durant les semaines à venir, soyons à l’écoute les uns des autres…

Et je conclurai avec ma phrase fétiche : « On voit l’arbre qui tombe, mais on ne voit pas la forêt qui pousse ».


Marie Gaborit - Directrice Générale -

110 vues

Posts récents

Voir tout

NOS COORDONNÉES

S'inscrire à la newsletter

TOOVALU

c/o Groupe KERAN
4 rue René Viviani
44200 Nantes
contact@toovalu.com

02.51.17.81.80

  • Noir Icône YouTube
  • Noir LinkedIn Icône
  • Twitter