Julien Noé - ENERCOOP | Toovalu

Julien NOE

Julien NOÉ invite la Team “J’irai dans ta cabine » en cette fin de journée du mardi.
Nous n’avons plus les pieds sur terre, la mer moutonne et recouvre l’arrière-plan de cette page blanche. La terrasse s’offre à nous, les cheveux dans le vent, la Cabine 4111 est tout ouïe. Le déluge, les éléments n’ont qu’à bien se tenir. Julien s’applique, pédagogue, il nous raconte son projet ; celui dans lequel il a posé ses bagages pour n’en plus sortir : ENERCOOP. Ce projet de Hacker de l’énergie rassemble toutes les brebis égarées pour économiser, produire autrement et consommer mieux l’énergie, des brebis « éclairées » aussi qui mêlent dans un même combat un savant mélange de différentes espèces : des clients, des producteurs, des citoyens, des collectivités. « Tout le monde dans le même bateau » dans un projet responsable. Aujourd’hui, c’est 50000 clients, et 100 producteurs. Un choix engagé de gouvernance qui met l’acteur public n’ont plus au centre et tout puissant dans les choix de la production (pas bien le nucléaire !) et dans la distribution. Ici, on fait du circuit court de l’énergie, de l’éco conception sociale et environnementale, territoriale, et pas banale d’un service électrique. Toutes les dimensions sont cochées, la copie est propre !

Et c’est là que toute la troupe des et Fellows » intervient. La chambre s’emplit d’une joyeuse musique en même temps que le bruit des verres retentit. Ils sont 4 en définitive à avoir été invités par le Collectif Ashoka, qui accompagne les projets sociaux et environnementaux. La bouteille de rosé avec toute l’équipe de Hacker – agitateurs du Bridge se sert contre nous : c’est la P’tite Berthe qui prend le relais, sa robe est « Colrosée » et exhale ses épices comme une gourmandise simple et fruitée.

Un cocon romantique et baladeur nous emporte dans une atmosphère de comptoir où on refait le monde. Le « j’irai dans ta cabine » devient contagieux. Chacun nous raconte son projet. Jérôme nous parle de TERRE DE LIEN qui achète et transforme en agrobio des fermes. Chantal, de MOMES ART travaille sur l’espace de créativité et le savoir-être des enfants en périscolaire au pied de habitat.

Revenons à nos moutons ! C’est quand même son interview, non ? Julien n’oublie pas qu’il est là sur le Pont pour défendre ses idées de demain qui sont déjà présentes et possibles, pour proposer des partenariats, convaincre, parfois bousculer les modèles mais aussi inspirer pour s’inspirer. Le G23, la boîte de nuit du Queen Mary, n’est pas pour lui. Pas le temps, l’urgence est là.

Merci à toi Julien et ta tribu. Mercide préserver l’espèce énergétique pour nous tous !

Texte écrit par Thierry Leboucq – Greenspector

Interview
04 septembre 2017 stephanie